Simon SUTOUR

Sénateur du Gard

Date: 11/02/2013

Une nouvelle salle d’informatique pour l’école Jean Jaures de Pont- Saint- Esprit.

Pont St EspritSimon Sutour s’est rendu à l’inauguration de la salle d’informatique de l’école de Pont- Saint- Esprit.

En effet, au titre de sa réserve parlementaire de 10 000 € le sénateur a participé à ce projet. « Ce sont de petites sommes qui permettent de déclencher des réalisations utiles ».

Simon Sutour a donc coupé le ruban d’inauguration de la salle informatique, Il était entouré du maire Roger Castillon, de l’adjointe aux écoles Éveline Sachy, de René Deubel, conseiller municipal délégué à la petite enfance et à la jeunesse, de David Issartial, directeur général des services de la Ville et Jacques Przybilski, directeur de l’école Jean-Jaurès.

simon pont saint espritLe maire Roger Castillon a présenté ce nouvel espace ludique et pédagogique  qui permettra aux écoliers d’avoir un outil d’instruction, de divertissement et  d’ouverture à la culture. Outre les quarante-quatre ordinateurs neufs, la commune a également procédé à l’achat de trois vidéoprojecteurs mis à la disposition des trois écoles primaires. Le maire a également  présenté au sénateur l’avancement des travaux d’aménagement à venir au sein de l’établissement, dont l’aménagement « accessibilité cantine » et l’installation d’un ascenseur sur  l’école Jean-Jaurès.

Proposition de résolution, sur la protection des données personnelles.

drapeau-europeenSimon Sutour a présenté une proposition de résolution, sur la protection des données personnelles dans le cadre de la commission des affaires européennes du sénat.

Cette proposition de résolution présentée le 7 février 2013 par Simon Sutour  a pour objet de :

 Défendre le maintien du niveau de protection de la loi française informatique et libertés.

Poser la question de la cohérence de la directive « sécurité » notamment  avec le règlement général qui inclut le droit à l’oubli numérique, principe du consentement exprès à l’utilisation des données personnelles.

 S’interroger sur les obligations imposées au traitement des données et sur l’accès aux données (actuellement droits identiques donnés aux suspects et aux victimes) .

 S’inquiéter des garanties insuffisantes pour les données sensibles avec la multiplication des dérogations et  des niveaux de protection nationaux très disparates.

 Se pencher sur la question du transfert des données aux pays tiers, et en particulier aux pouvoirs données aux responsables du traitement de ces informations de ces pays.

 Demander, le renforcement du rôle des autorités de contrôle, car celui-ci serait minoré dans la directive sécurité par rapport au règlement général.

 Demander,enfin, la possibilité d’un examen périodique de la conservation des données personnelles pour s’assurer de son intérêt et de sa légitimité.

 Vous pouvez trouver le contenu du texte sur le site du sénat : http://www.senat.fr/leg/ppr12-343.html

© 2017 Simon SUTOUR

Theme by Anders NorenUp ↑