logo sénat La commission des affaires européennes du Sénat a examiner la prise en compte des questions éthiques à l’échelon européen, tant par l’Union européenne que par le Conseil de l’Europe au travers d’un rapport d’information de Simon Sutour et Jean Louis Lorrain  fait au nom de la commission des affaires européennes du Sénat .

 L’éthique définition.

L’éthique est une démarche d’origine philosophique, fondée sur la réflexion, qui procède par un questionnement sans cesse renouvelé à la recherche de la justification de nos actions ou décisions. De nature critique et interrogative, elle utilise l’échange et le débat dans le but de raisonner sur les valeurs et les jugements moraux et de définir les fondements du « bien agir » ou d’une « vie bonne ».

 L’éthique problématique Européenne ?

Sans être totalement négligée au niveau européen ou national, la démarche éthique n’occupe pas pour autant une position déterminante dans la définition des politiques publiques ou au sein de l’initiative privée. Elle peut pourtant devenir un atout majeur dans le développement de nos sociétés européennes. Pour cela, il convient de revoir notre mode de gouvernance. Tout d’abord, en favorisant un débat démocratique plus participatif, reposant sur un travail d’information et de formation du citoyen. L’école et l’université, les comités d’éthique ont ainsi un rôle à jouer dans l’acquisition d’un sens critique et la diffusion d’une culture du débat et de l’éthique de la discussion. Ensuite, en revalorisant la notion de long terme dans l’action politique et en développant les moyens de prospective. Un comité des sages ou une « académie du futur », exerçant une double fonction de vigilance et d’anticipation, pourraient voir le jour dans le but de définir le « bien commun futur ».

 

Rapport document complet : http://www.senat.fr/rap/r13-067/r13-067.html