congres versaille3Suite aux attentats parisiens du 13 novembre, le Président de la République s’est exprimé devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles afin de « rassembler la Nation dans cette épreuve ».

 Etat d’urgence prolongé. «J’ai décidé que le Parlement serait saisi dès mercredi d’un projet de loi prolongeant l’état d’urgence pour trois mois en adoptant son contenu à l’évolution des technologies et des menaces», a déclaré le président de la République, invitant les parlementaires à «le voter d’ici la fin de la semaine».

Le chef de l’Etat a également évoqué la déchéance de nationalité : «Nous devons pouvoir déchoir de la nationalité française un individu condamné pour atteinte aux intérêts de la nation ou pour acte terroriste, même s’il est né français, dès lors qu’il a une autre nationalité. Nous devons pouvoir expulser plus rapidement les étrangers qui représentent une menace d’une particulière gravité pour l’ordre public et les intérêts de la nation. »

Réviser la Constitution. « J’estime en conscience que nous devons faire évoluer notre Constitution pour permettre aux pouvoirs publics d’agir conformément à l’état de droit aux actes de guerre. Aujourd’hui notre texte comporte deux régimes particuliers qui ne sont pas adaptés. » Selon le président, l’article 16, qui régit les conditions d’attribution des pouvoirs exceptionnels au Président, et l’article 36, qui porte sur l’état de siège, ne sont « pas adaptés à la situation que nous rencontrons ».

La Constitution doit offrir un « outil approprié pour fonder la prise de mesures exceptionnelles pour une certaine durée sans recourir à l’état d’urgence et sans compromettre l’exercice des libertés publiques ».

7 500 postes dans la justice et la police François Hollande a annoncé la création de 5 000 emplois supplémentaires dans la police et la gendarmerie et de 2 500 dans la justice. Les douanes verront également leurs effectifs renforcés avec 1000 postes supplémentaires.

« Ces décisions budgétaires seront prises dans le cadre de la loi de finances pour 2016. Elles se traduiront par un surcroît de dépenses que j’assume. Car dans ces circonstances, je considère que le pacte de sécurité l’emporte sur le pacte de stabilité », a déclaré le président de la République.

Intensification des frappes en Syrie François Hollande a annoncé que la France allait «intensifier ses opérations en Syrie» après des raids intervenus dimanche soir sur le fief de l’Etat islamique à Raqqa en Syrie. «Le Charles de Gaulle appareillera jeudi pour se rendre en Méditerranée orientale», a annoncé le chef de l’État.

 «L’Europe doit agir» La lutte contre le terrorisme doit aussi être conduite à l’échelle de l’Union européenne, a estimé François Hollande.

Il souhaite faire valoir l’article 42.7 du traité de l’Union européenne, «qui prévoit que lorsqu’un Etat est agressé tous les états membres doivent lui apporter solidarité».

Le chef de l’Etat souhaite notamment un renforcement des contrôles aux frontières extérieures de l’Union. Il réclame également «l’approbation avant la fin de l’année 2015» du fichier européen des passagers aériens (PNR) pour «assurer la traçabilité du retour des djihadistes et les interpeller».

Une résolution de l’ONU contre le terrorisme Parallèlement au discours de Barack Obama à l’issue du G20, François Hollande a annoncé une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU pour adopter une résolution marquant la volonté commune de lutter contre le terrorisme. –congres versailles