logo sénatM. Simon Sutour
interroge Mme la ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche sur l’accompagnement global des élèves et étudiants souffrant de troubles spécifiques des apprentissages (troubles « dys »).
Les troubles « dys » sont des déficits au niveau des fonctions cognitives, c’est-à-dire des processus cérébraux responsables du traitement, de l’assimilation et de la transmission de l’information par le cerveau humain. Derrière ces trois lettres sont regroupées dyslexie, dyspraxie, dysphasie, dyscalculie, dysgraphie, dysorthographie, régulièrement accompagnées de troubles de l’attention.

Ces troubles d’apprentissage sont souvent détectés chez les enfants dans le cadre de leur scolarité lors de leurs premières acquisitions. Le diagnostic des troubles spécifiques des apprentissages (TSA) nécessite des démarches complémentaires complexes.
En effet, les élèves atteints de ces troubles se fatiguent plus facilement que les autres vu les efforts importants qu’ils doivent fournir afin d’atteindre un niveau correct dans de nombreuses disciplines. Ils ne voient plus dans l’école que la difficulté et la souffrance, perdant toute estime de soi, et sont les plus touchés par le décrochage scolaire, bien que leurs capacités intellectuelles soient équivalentes voire supérieures aux enfants n’en souffrant pas.
Au-delà de la problématique du repérage des TSA, force est de constater que trop d’enseignants se retrouvent aujourd’hui en difficulté, par manque de formation pratique pour adapter leurs enseignements aux besoins spécifiques de ces élèves. De plus les aménagements pédagogiques et outils compensatoires prévus sont parfois difficilement applicables par les enseignants.

Les parents qui sont partie prenante dans l’accompagnement de leur enfant sont très souvent démunis face à la complexité voire l’inaccessibilité des démarches à entreprendre tout en ayant à accepter la différence de leur enfant.
De plus, 1,3 million d’enfants scolarisés en France (soit un enfant sur 10) sont atteints de troubles spécifiques des apprentissages ou troubles « dys ». Partant du principe de l’égalité des chances, une réflexion particulière doit s’engager afin de définir un accompagnement constructif, adapté et individualisé.

C’est pourquoi, la proposition de la mise en place d’un accompagnateur « dys » par secteur géographique ou par établissement est nécessaire pour assurer la coordination entre les différents acteurs : élève, famille, corps enseignant, intervenants des secteurs médico – administratifs et ainsi sécuriser les parcours de ces élèves.
Il aimerait donc connaître l’avis du Gouvernement sur ce sujet.