Avec 35 autres parlementaires, dont les députés Fabrice Verdier, William Dumas et la sénatrice Françoise Laurent-Perrigot, Simon Sutour a souhaité attirer l’attention de Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, sur la question du régime spécial des mineurs.

Voici le courrier que nous lui avons adressé mardi 4 décembre:

« En ce jour de Sainte Barbe, jour de célébration pour les mineurs, nous nous sommes à nouveau réunis pour faire un point sur le régime minier dont nous n’avons eu de cesse de réclamer le maintien après les nombreux coups de boutoir que la droite lui a porté, en particulier avec le décret du 30 août 2011, pris de manière unilatérale et sans concertation pour organiser la fin du régime minier comme régime spécial de sécurité sociale et de son réseau de soins.

Depuis votre nomination, et après les engagements pris successivement par le Président de la République, alors candidat, et le Premier Ministre, notre mobilisation a abouti au moratoire sur la mise en œuvre du décret du 30 août 2011 que vous avez décidé le 7 août dernier et le lancement d’une mission de concertation confiée à M. Jean Bessière. Nous nous en sommes félicités. Cela témoigne de la volonté du gouvernement de rompre avec la cécité et les méthodes autoritaires et peu soucieuses de la négociation sociale du précédent gouvernement.

Lors de l’examen du projet de loi de financement de la sécurité sociale  à l’Assemblée nationale le 26 novembre 2012, vous avez rappelé les engagements politiques pris pour maintenir le régime minier et votre attachement à préserver les droits des affiliés jusqu’au dernier d’entre eux. Vous avez exprimé votre souci de répondre aux préoccupations légitimes des salariés du régime tout en posant la question inéluctable de l’évolution de la gestion de ce régime et de l’offre de soins au regard de ses atouts et de ses faiblesses auxquelles il convenait d’apporter des solutions.

A cet effet, vous avez décidé de prolonger la mission de concertation de Jean Bessière jusqu’à la fin du moratoire, soit la fin de l’année.

Sur ce point également, nous partageons les objectifs et le cadre de la négociation qui doit s’engager avec les organisations syndicales et que nous appelons de nos vœux.

Toutefois, en dépit des nombreuses rencontres avec les membres de votre cabinet et M. Jean Bessière, nous réaffirmons que la discussion ne peut s’engager sans le respect de plusieurs préalables qui sont autant de conditions au respect de la parole politique et qui engagent notre responsabilité collective :

  • L’abrogation de l’art 80 du décret du 30 août 2011 qui prévoit le transfert du régime minier au régime général pour la fin de l’année 2013,
  • L’envoi d’une nouvelle instruction ministérielle à l’encontre du directeur de la CAN qui interrompe les mesures de démantèlement du régime ainsi que la vente du patrimoine dans l’attente d’un accord avec les organisations syndicales.

Au-delà de la communication de la lettre de mission de Jean Bessière et de son rapport d’étape qui nous avait été promis, nous sollicitons une rencontre avec vous qui puisse pleinement nous rassurer sur les conditions d’une réelle négociation sur l’avenir du régime minier ».