photo questionM. Simon Sutour attire l’attention de Mme la ministre du travail sur la diminution de l’enveloppe allouée aux contrats aidés.
En effet, la forte diminution qui s’annonce de l’enveloppe allouée aux contrats aidés qui, selon les prévisions, se traduirait par 300 000 contrats en 2017 à moins de 200 000 en 2018 alors qu’ils étaient 459 000 en 2016, est très préoccupante pour l’avenir des jeunes les moins qualifiés, des personnes éloignées de l’emploi ainsi que des personnes en situation de handicap.
De plus, les collectivités locales seront impactées dans leur fonctionnement et il leur appartiendra de trouver encore une fois des solutions budgétaires afin de pallier cette baisse de subvention qui se traduira inévitablement par une baisse des effectifs.
En outre, les personnes handicapées seront fortement touchées dans la mesure où un nombre conséquent des accompagnants spécialisés qui leur viennent en aide sont eux-mêmes embauchés en contrat aidé.
L’éducation nationale également devra supprimer des postes ; ce sont ainsi plus de 50 000 postes d’auxiliaires de vie scolaire qui risquent, à terme, de disparaître.
En prenant en compte les assistants administratifs des directeurs d’école, les assistants à la vie scolaire dans le secondaire, les agents d’entretien dans les écoles maternelles et primaires, les surveillants des cantines et de l’étude, les animateurs de centres de loisirs, l’éducation nationale sera durement touchée.
Les associations qui dans leur ensemble œuvrent chaque jour pour l’insertion professionnelle, pour le lien social, pour l’éducation, pour la culture et la lutte contre les discriminations auront elles aussi à trouver des solutions afin de pouvoir poursuivre leur mission d’intérêt général.
C’est pourquoi il lui demande son avis sur le sujet.