photo questionSimon Sutour attire l’attention de M. le ministre d’État, ministre de l’intérieur sur les futures dotations budgétaires de la police nationale, plus que préoccupantes.
En effet, les récentes annulations de crédits qui frappent la police nationale ont des répercussions sur le fonctionnement des services de police qui, en ces temps où le danger n’a jamais été aussi élevé, pansent encore leur plaies suite aux attentats meurtriers qui ont touché les policiers et dont ils sont la cible privilégiée.
La réduction de la dotation budgétaire des services non opérationnels entraînera une chute des capacités des fonctions de support qui répondent aux besoins élémentaires (informatique, téléphonie, matériel de protection, armement etc…)
De plus, les formations, qui sont une nécessité absolue afin de préparer les agents aux nouvelles menaces durables, sont également susceptibles d’être impactées alors même qu’elles constituent la garantie du maintien de la compétence des agents de terrain.
C’est la raison pour laquelle la réduction des dotations budgétaires risque notamment d’affecter les capacités des fonctions de support des services, ce qui aura un impact direct sur la qualité du service public de la sécurité.
Face à ces difficultés, le moral des policiers est touché tant le sentiment d’abandon est présent.
C’est pourquoi, il lui demande de bien vouloir lui communiquer les projets du Gouvernement sur les difficultés matérielles et juridiques de la police nationale et de lui garantir que le budget des forces de sécurité intérieure sera sanctuarisé.