Simon Sutour attire l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur la situation de la clinique des Franciscaines à Nîmes.
En effet, l’agence régionale de santé (ARS) pourrait ne pas renouveler son agrément pour la chirurgie cardiaque, activité phare de la clinique privée.
Cet établissement est le seul dans le département du Gard à pratiquer la chirurgie cardiaque, une activité qui joue un rôle important en évitant des déplacements à près de six cents Gardois atteints de pathologies cardiaques majeures.

Si l’ARS ne renouvelle pas son agrément, la pérennité de cette activité serait directement remise en cause avec des conséquences préoccupantes comme l’accès aux soins sur le territoire gardois et l’emploi des six cents salariés (quatre cents équivalents temps plein – ETP) de cette clinique privée ou la cardiologie représente 70 % de l’activité.
Des solutions existent afin de répondre aux exigences des nouvelles techniques, des investissements récents permettraient de mettre en place un plateau technique adapté.

En effet, 3 M€ ont été investis dans un bâtiment et 1,5 M€ pour l’extension de la réanimation et la création d’une salle hybride, destinée à un système d’imagerie, ce qui donne la possibilité de créer une nouvelle salle d’opération. Le plateau technique actuel est extrêmement moderne.

De plus, dans l’état actuel des choses, les seuls autres établissements agréés de la région que sont la clinique Saint-Pierre de Perpignan, le centre hospitalier universitaire de Montpellier et la clinique du Millénaire à Montpellier, ne sont pas en capacité d’absorber tous les patients.
C’est pourquoi il lui demande d’examiner cette situation et de tout mettre en œuvre pour le maintien de cette activité à Nîmes.