drapeau-europeenSimon Sutour appelait l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale sur l’enseignement de la construction européenne dans les programmes d’histoire du secondaire.

Rappel de la question :

   le projet de réduire dès l’an prochain l’enseignement de l’histoire-géographie en 3e et terminale entraîne la disparition du chapitre sur la construction européenne, qui est renvoyé dans un intitulé vague : « géopolitique du monde actuel ». L’histoire de l’Union européenne participe de la construction identitaire et fournit une grille d’analyse des événements contemporains importants pour nos jeunes. Face à la mauvaise image et aux craintes qu’ont trop souvent les Français sur l’Union européenne, face au manque cruel d’informations de ce qu’apporte l’Europe à notre pays, l’enseignement de l’histoire de la construction européenne est important pour les nouvelles générations qui, souvent, sont plus ouvertes à ce sujet que les générations précédentes et qui, grâce aussi à l’étude de cette matière, comprennent mieux l’enjeu et l’importance de l’Europe dans le monde. C’est pourquoi il lui demande les mesures qu’il entend prendre pour permettre un enseignement adéquat de ce sujet.

323vincent_peillon_1

Réponse du Ministère de l’éducation nationale

publiée dans le JO Sénat du 09/01/2014 – page 104

Le ministre de l’éducation nationale a souhaité que des aménagements soient apportés au programme d’histoire-géographie des classes de troisième du collège ainsi qu’à celui des classes de terminales des séries Economique et sociale (ES) et Littéraire (L) afin que les professeurs puissent préparer dans de bonnes conditions les élèves à l’examen et à la poursuite d’études, et surtout que ces derniers s’approprient mieux les notions et concepts clés des programmes, en en mesurant mieux le sens et la portée. En classe de troisième, il s’est agi de supprimer les développements analytiques inadaptés à l’âge et au niveau des élèves et de mieux lier entre eux les thèmes abordés. C’est ainsi que la construction européenne ne fait plus l’objet d’un thème isolé mais est réinscrite dans le fil chronologique de la seconde moitié du XXe siècle, le contexte historique de la guerre froide permettant de souligner les principes qui présidèrent à la naissance de l’Union européenne tandis que dans un second temps l’on éclaire le caractère inédit de cette construction dans un monde aujourd’hui multipolaire. L’Europe est un objet d’enseignement à multiples facettes : historique, géographique, artistique, linguistique, politique économique… Chacune d’elles renvoie à des programmes d’enseignement différents qui se complètent pour donner aux élèves une formation cohérente et contribuer ainsi à leur compréhension d’un espace dont ils sont les héritiers et les futurs acteurs. Dans sa saisine du 4 octobre 2013 au Conseil supérieur des programmes, le ministre a d’ailleurs rappelé cette priorité.